Wandering in Bali, a real exotic experience.

30 jours de déambulation sur l’île des Dieux.

Beach life On se la joue explorateurs ?

Bali, une île à découvrir

On entend beaucoup dire : ‘Pourquoi choisir d’aller à Bali alors que l’Indonésie comporte plus de 17000 îles ?’, ‘C’est ravagé par les touristes’, ‘C’était mieux il y a 20 ans’… Et bien, ce n’est pas parce qu’une destination est populaire qu’on ne peut pas y vivre une expérience authentique. Chaque voyage est personnel et donc unique, que ce soit aujourd’hui ou il y a 20 ans et la culture balinaise l’est tout autant. Nous sommes ravis d’avoir pu explorer une partie de cette île par nos propres yeux et nos oreilles. À nos sens, après avoir passé 3 ans en Océanie, nous avons vraiment mis les pieds dans un nouveau monde !

Itinéraire de voyage à Bali

Si le son ne se charge pas, actualise la page !

Read in englishWe often hear that Bali is full of tourists and therefore not an authentic place to visit. Well, every travel is personal and unique, you feel it with your own senses and meet incredible people, that’s what makes it special. And actually, the balinese culture is one of a kind.

After 3 days of wandering in Denpasar and its crazy drivers, we left the city to explore the countryside of the island. The best way to do so is probably on a motorbike, the locals’ favorite. Riding wherever we wanted, we felt free and adventurous, roaming the rutted roads surrounded by tropical jungle. We discovered a ton of things for the first time in our lives like peaceful rice fields in Ubud, spectacular rice terrasses in Jati Luwih, impressive hindu temples built on a cliff at Uluwatu or on a lake at Danau Beratan, coffee plantations, constantly smiling people and awesome food like tempeh, balinese bread or a banana flower’s heart curry! Bali was also the first time we saw offerings, street ceremonies and such a huge devotion to divinities. We also played with monkeys, snorkeled on a shipwreck, crossed an ocean on a traditional boat… Wait, this list doesn’t have an end!

We lived an exceptional journey wandering the roads of Bali and these 30 days of discoveries filled our memories with magic.

Bali, nos premières fois !

Nous avons passé 3 jours hors du temps à Denpasar, sans le moindre occidental en vue… mais en nous rapprochant des côtes, nous n’étions plus semble-t-il les seuls visiteurs. Certes, deux ou trois endroits sont surchargés de touristes à toute heure mais on respire dans le reste de l’île. Nous avons découvert au hasard de nos déambulations des coins tranquilles et des locaux adorables. Nous avons probablement juste effleuré la surface mais gardons des souvenirs magiques car Bali fut pour nous le lieu d’un grand nombre de premières fois !

Premier resto SUR la plage à Sanur

C’est au sud de Sanur que nous découvrons notre première plage de Bali. L’endroit est très touristique mais l’ambiance est décontractée. On sirote notre première Bintang les pieds dans le sable, à lumière des bougies. Australian style. Au petit matin, réveil à 6h pour aller admirer le lever de soleil sur le volcan. Le spectacle est au rendez vous. Un cercle parfait, rouge rosé, déchire lentement l’horizon et se hisse dans le ciel.

Sunrise in Sanur Lever de soleil à Sanur

Premières rides en scooter

Après s’être mêlés au trafic balinais en vélo, on teste enfin le scooter, prêts à affronter les routes chaotiques de Bali. Quelques heures à s’entrainer dans les ruelles de Sanur et hop nous voilà partis pour 3 jours dans la péninsule de Bukit, au sud de l’île. Le scooter est de loin le meilleur moyen d’être indépendant ici. Et depuis on ne s’en lasse plus ! On se faufile dans les rues comme dans un jeu vidéo et découvre des coins de campagne aux routes presque impraticables. On traverse des villages où les gamins jouent sur la route et crient avec joie ‘hello mister’ en nous tapant dans la main ! Même les enfants se baladent en scooter, en faisant voler leurs immenses cerfs-volants à bout de bras. À Bali c’est aussi la première fois qu’on achète de l’essence dans une bouteille de vodka !!! Indonesian style.
On adopte quelques techniques de camouflage, histoire d’éviter les policiers véreux. Même si j’arrive à cacher mes cheveux, la barbe de Jérémie en revanche ne passe pas inaperçue… C’est bien la première fois qu’on se fait arrêter car : «vous êtes trop près du feu, vous ne pouviez pas le voir de si près» !

Riding a motorbike in Bali
Rutted road in Bali Une jolie route de campagne !

Premières rizières à Ubud

C’est dans la région d’Ubud que nous contemplons enfin des rizières de nos propres yeux. Nous nous aventurons sur un chemin étroit depuis une des artères principales de la ville. Les bruits de la circulation s’éloignent pour laisser place au calme et au son de l’eau qui s’écoule dans les rizières. L’endroit est si paisible qu’on ne s’étonne pas d’y voir des retraites de yoga et des restaurants bios dispersés un peu partout. On rencontre un peintre, Gusti, qui nous emmène voir la rivière qui coule en bas de chez lui, juste pour le plaisir de faire découvrir là où il vit !

Young rice field in Ubud
Ubud landscape
Rice ready for collecting
Rice fields in Ubud

Premières rizières en terrasses à Jatiluwih

Juchés sur notre bolide à deux roues, on s’invente des raccourcis sur les routes défoncées et se dirige vers Jatiluwih, un site nommé au patrimoine mondial de l’Unesco. Malgré quelques touristes, arrivés en bus ou en voiture privée, il y a suffisamment d’espace pour que nous admirions la beauté des rizières seuls, en compagnie des épouvantails !

Jatiluwih rice terraces in Bali
Jatiluwih UNESCO
Jatiluwih, Bali

Premières plantations de café

En chemin pour une cascade près du village de Munduk, nous découvrons une jungle comme on les aime, dense et humide, traversée par un petit sentier de terre. C’est parmi cette végétation que pousse le Bali Kopi ! L’endroit ne ressemble en rien à une plantation et les caféiers se mêlent intimement aux autres plantes. Pour la petite note ‘Le Saviez vous ?‘ : le café le plus cher de Bali (et du reste du monde ?), le Kopi Luwak, se récolte dans les excréments des civettes, des sortes de grosses belettes très mignonnes dont le système digestif enrichirait le grain de café en arôme. Une méthode très controversée…

Waterfall track and sign
Bali Kopi Baies de café
Coffee berries in Bali
Munduk Waterfall Entre les bambous dans les montagnes de Munduk

Premiers temples

Bâtis sur un lac, à la pointe d’une falaise ou bien sur un rocher dévoré par les vagues, les temples hindous prennent place dans des locations somptueuses. Le sarong est de rigueur à l’intérieur de ces sites sacrés où on se délecte des détails architecturaux en délaissant la masse de touristes affluant au crépuscule…

Pura Ulun Danu Beratan

Pura Ulun Danu Beratan
Pura Ulun Danu Beratan Pura Ulun Danu Beratan
Pura Ulun Danu Beratan
Pura Ulun Danu Beratan
Pura Ulun Danu Beratan
Pura Ulun Danu Beratan
Cat and temple
Danau Beratan Danau Beratan

Tanah Lot

Tanah Lot Tanah Lot

Pura Luhur Uluwatu

Pura Luhur Uluwatu
Pura Luhur Uluwatu
Pura Luhur Uluwatu Un voleur de lunettes sur les falaises du Pura Luhur Uluwatu

Premiers singes en liberté

C’est au temple d’Uluwatu que nous faisons connaissance avec nos premiers macaques. Malin comme tout, l’un d’eux réussi à piquer les lunettes de Jérémie directement sur son nez ! Il sont fascinants à observer avec leurs mimiques tellement humaines. Au bord des routes, sur la plage, en forêt, on rencontre ces petits chenapans partout sur l’île.

Resting monkey in Bali
Monkey yawn
Monkey in Uluwatu

La faune sauvage se fait discrète à Bali… à part nos amis les singes, les geckos, quelques insectes et araignées, on a seulement aperçu un petit serpent dans les rizières d’Ubud et un iguane à Nusa Lembongan. Certains locaux élèvent des animaux sauvages pour le bonheur des touristes qui se prennent en photo avec eux : chauves souris, civettes, perroquets, calaos, pythons… Ces créatures habiteraient donc la jungle environnante mais restent bien cachés… Sous l’océan par contre, on a tout de même pu observer une grande diversité d’animaux dont un joli cobra de mer tout bleu à Nusa Ceningan !
Pour ceux qui souhaiteraient participer à des programmes de conservation des tortues, rendez vous au Turtle Conservation Education Center de Serangan Island (article et interview à venir sur le blog) ou à la Bali Sea Turtle Society de Kuta.

Spider in Bali
Gecko

Premier snorkeling autour d’épaves à Amed et Tulamben

Tulamben est un des spots de plongée les plus connus de Bali, l’épave du USS Liberty y repose entre 5 et 30 mètres de profondeur, ce qui rend l’exploration difficile en snorkeling. Le Japanese shipwreck (à Banyuning) en revanche est beaucoup plus accessible que son grand frère américain. Même si l’épave est plus petite et moins connue, elle reste un terrain formidable d’observation de la faune marine. Le plus hallucinant c’est que ces 2 spots se situent à seulement vingt mètres des plages de galets. On vous y emmène dans un article spécial Amed !

Tulamben beach in Bali Imaginez qu'à seulement 25 mètres du bord se trouve une épave de 120 mètres de long !
USS Liberty wrech in Tulamben, Bali Épave du USS Liberty

Premières plages de surf

Non… ça ce n’est pas vrai, vous pensez bien que ce ne sont pas les premières ! C’était pour voir si vous suiviez…
En tout cas, à Uluwatu et à Nusa Ceningan il y a du gros swell !

Huge swell in Bali Nusa Ceningan
Suluban Beach
Uluwatu beach, Bali Suluban Beach
Paysage de Bali Impossible Beach

Premières guest houses

Nous découvrons un nouveau mode de logement, plus proche de l’habitant qu’à l’hôtel. Ici, peu de chambres, un environnement chaleureux et des hôtes en or. On se rappelle de la gentillesse d’Ayu et sa famille à Ubud qui ont soigné les douleurs d’estomac de Jérémie à coup de jus de noix de coco fraîche.

Coconut juice shop in Ubud

Premier nasi goreng

Nous goûtons très vite au populaire nasi goreng (riz et légumes frits) mais aussi à d’autres plats et aliments délicieux comme le cœur d’une fleur de bananier au curry, le pain balinais (soerabi) garni de chocolat et fromage râpé, le tempeh (à base de soja comme le tofu), un petit déj balinais (riz noir, sucre liquide et noix de coco râpée) ou encore des jus de fruits succulents et la divine street food ! De quoi ravir les plus gloutons pour un prix dérisoire.

Red rice and frangipani flower
Soerabi Cuisson du Soerabi
Strawberry juice Jus de fraise succulent sur les flancs de montagne à Bedugul

Premier choc de pollution

Malheureusement, Bali c’est aussi une vision terrorisante enrobée de plastique
Ici la conscience écologique semble nulle, il y a des déchets partout. A Sanur, tôt le matin, avant l’arrivée des premiers touristes, les plages sont ratissées de toutes les ordures déposées par la mer. Mais nous sommes restés bouches bées lorsqu’on a vu les trois quarts des hôtels enterrer les tas de détritus sous le sable plutôt que de les collecter… En ville, les rivières sont gavées d’emballages en plastique en tout genre et il y a des décharges à tous les coins de rue. Cette pollution est due en partie au tourisme mais aussi à l’absence d’éducation des locaux dans ce domaine et le peu de ressources en recyclage et ramassage des ordures. C’est un problème qui ne se restreint pas du tout à Bali car même à Komodo nous avons vu une quantité incroyable de déchets, sur terre et dans l’eau… En tant que voyageur on peut déjà limiter les nôtres, Schuldi’s World aborde très bien le sujet dans son guide : comment être un voyageur éco-responsable.

Déchets à Sanur Elles sont où tes plages de rêve ?
Chien errant dans les ordures à Bali Le quotidien des coins de rue à Bali...

Des premières fois il y en a eu tellement à Bali qu’on se rappelle à peine de la moitié… Il y a aussi eu notre premier réveil au son des prières, notre premier cortège de cérémonie funéraire dans les rues, nos premières offrandes, nos premiers bateaux traditionnels, la première fois qu’on entend si souvent le mot ‘taksi ?’… C’est aussi la première fois que des gens que nous ne connaissons pas veulent se prendre en photo avec nous, en nous demandant la permission ou non ! Ils sont vraiment intrigants ces balinais, une âme d’artiste et le sourire aux lèvres, ils sont toujours curieux et prêts à aider. Même si la langue nous sépare, on communique autrement !

Bali traditional boat

Bali nous aura dévoilé une manière de vivre surprenante. Sur ses routes cabossées, aux abords de paysages tropicaux grandioses, cette île nous a bercé dans un esprit d’aventure et de liberté intense. Ce voyage est une bonne leçon vis à vis des préjugés que nous avions entendus sur Bali et son tourisme de masse, comme le dit Jonhatan de Voyagecast «S’il est vrai qu’en partant sur la droite tu trouveras de grands hôtels, il suffit de prendre à gauche et de faire 500 mètres pour être dans le petit village […] Il ne tient qu’à nous, voyageur, de faire ces 500 mètres pour découvrir une autre réalité».

Partage cette wave
avec le monde entier !

ça nous fait chaud au cœur :)

Ne manque plus rien, abonne toi à notre newsletter !

Blog de voyage nature photo son vidéo
Cet article comporte 17 commentaires
  1. Je suis un peu comme vous, je n’aime pas les villes, je n’aime pas non plus quand il y a trop de monde, trop de touristes, trop de trop et là je découvre des images que j’aurais presque envie d’aller voir moi-même. Et puis cette civette, qu’est-ce qu’elle est mignonne! Jérémie a pu récupérer ses lunettes ou un singe balinais se fait passer pour lui?

    1. Ha ha oui il a récupéré ses lunettes ! Avec une trace de crocs et les petits morceaux de caoutchouc du repose nez dévorés :)
      On a été plus que surpris par Bali, on s’attendait à voir du monde partout mais au final on a vu des endroits tout aussi touristiques en NZ ! Il est très facile de se perdre et de découvrir des coins sans touristes.

  2. Vos photos sont absolument magiques, vous devez passer du temps à immortaliser vos instants de voyage!

    Comme quoi la chance tourne, notre visite de Bratan nous avait décu car le temple n’était pas entouré d’eau, et qu’il n’était entouré que des déchets qui s’accumulent au fond de l’eau et qu’on ne voit pas quand l’eau encercle le temple! Constat qui s’est généralisé un peu partout à Bali, comme l’avez bien dit à la fin de votre article, quel dommage que de si beaux endroits soient ruinés par l’inconscience de certains…

  3. Ah oui, j’oubliais, désolé du doublon,

    Utilisez vous un logiciel quelconque pour faire ces genres d’itinéraires sur carte comme sur pour cet article ? Je trouve ça très utile mais impossible de trouver l’outil pour le faire!

    Merci!

  4. Tip top ce carnet haut en couleur avec ambiance sonore.
    J’ai juste perdu une oreille en embarquant avec vous sur le scooter ;-) Je préfère le doux son du vélo.
    D’ailleurs, je suis bluffé qu’on n’entende pas un poil de vent dans le micro ! Vous devez avoir des ricotte de folie ou une recette secrète de traitement sonore ?
    Au plaisir de lire et d’écouter la suite :)

    Mat

    1. Merci Mat ;) c’est vrai que le scooter est un peu dur aux oreilles, en même temps ça reste très représentatif de la pollution sonore à Bali…
      Heureusement il y a quelques endroits préservés sans trop de circulation, voir même des lieux ou les moteurs ne sont pas autorisés (comme Gili Air et Gili Meno).

      Pour le vent c’était une petite aventure à enregistrer mais tu as en partie raison : une bonne protection anti-vent, un micro canon qui aide énormément, un filtrage costaud en post prod et une super preneuse de son qui assurait mon job pendant que je conduisais !

  5. Wahou ! Top votre site. On ne peux plus se passer des blogs de voyages. Nous aussi nous avons passé 1 an en Nouvelle Zélande… Puis il a bien fallu, pour des raisons professionnelles revenir en France. Mais alors le voyage ça nous manque… Merci pour ce blog, vraiment un beau travail de communication (je suis graphiste/webdesigner aussi) des beaux textes, de belles images, et le plus vos bandes son. On va continuer de vous suivre en attendant de repartir avec impatience !

    1. Merci vous 2 ! Je vous souhaite de pouvoir reprendre la route dès que possible, c’est clair que lorsqu’on goûte au voyage on peut difficilement s’en passer ! Je viens de faire un tour sur votre blog, j’aime beaucoup vos récits et les photos sont canon ! Encore merci pour votre gentil mot, ça nous touche beaucoup et nous motive à continuer :)

  6. Magnifiques impressions sonores et visuelles de Bali. Remarques très justes et très pertinentes… Il y a toujours moyen de faire un pas de côté pour s’écarter du sentier battu. Hâte de découvrir la suite de votre périple indonésien et malaisien.

    1. Salut Corinne, merci beaucoup ! C’est vrai que pas mal de gens délaissent cette destination car trop touristique mais ce n’est que la face visible de l’iceberg !
      Je suis honorée de te trouver sur notre blog :D Je suis une grande fan du tien, il fait grandir nos rêves et notre passion pour la plongée ! En plus on va se rendre vers Sipadan dans quelques semaines, j’ai dévoré tous tes articles ! Au plaisir de te retrouver ici et de lire tes prochaines aventures également !!!

      1. Rhoooo… pour le coup, c’est moi qui suis flattée… ;) Vous allez vous régaler à Sipadan, petits veinards.

        J’ai découvert votre blog seulement hier et je suis sous le charme aussi. Je me suis d’abord laissée happer par les histoires de crocos en Australie, avant d’aller confronter mes impressions de Bali aux vôtres. Et je m’y suis retrouvée… Je sens que je vais passer du temps à explorer vos pages…

        Selamat jalan, vivement la suite !!! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *