A unique experience volunteering with dolphins in Shark Bay.

Un rêve d’enfant en tête à tête avec la vie sauvage.

Volontariat avec les dauphins de Monkey Mia

Au creux de l’illustre Shark Bay World Heritage Area, sur les rives de l’Océan Indien, nous posons la tente pour 10 jours de volontariat auprès des rangers de Monkey Mia.
Ce petit cul de sac, situé sur une plage divine en forme de croissant, n’est pas réellement un village mais simplement un resort, construit là pour accueillir tous les curieux qui viennent s’émerveiller devant les grands dauphins.

Monkey Mia pristine beach
Monkey Mia, un petit air de paradis

Read in englishVolunteer with bottlenose dolphins in Monkey Mia

On the coast of the iconic Shark Bay, curious families and wanderers are gathering by the pristine waters of Monkey Mia to observe one of the most intelligent beings on Earth: the bottlenose dolphin. Under strict management, four wild dolphins (Puck, Shock, Surprise and Piccolo) are fed a few fish from the shore. They are free to come whenever they want in the morning and given less than a third of their daily needs. This controlled feeding encourage the dolphins to live their own life in the wild and continue to hunt without becoming dependant on humans.

It was the first time that we volunteered with wildlife in Australia and the experience blew our minds! We assisted the rangers with the feedings and got a close encounter with the dolphins. Seeing them looking at us and diving into our souls strengthen our love for wildlife and our determination to preserve the environment.

Un volontariat hors du commun auprès de dauphins sauvages.

Il est 6h30 du matin, le ciel rose de l’aube nous donne le sourire dès les premiers clignements de paupières. On enfile nos polos bleus dotés du blason DEC (Department of Environment and Conservation) ainsi qu’un badge à notre nom. Notre petit déj à la main, pancakes à la banane tout juste poêlés à l’arrière de notre maison sur roues, nous prenons la direction de la plage qui se trouve à une cinquantaine de mètres du camp. Quelques ailerons au loin nous annoncent que les dauphins ne sont pas loin. On se rend à la Fish Room et retrouve les autres volontaires avec qui nous nous répartissons les tâches quotidiennes : ouvrir le musée, balayer les marches en bois, afficher les prévisions météo du jour et surtout préparer le petit dej pour les dauphins.

Nicky, Puck, Shock, Surprise et Piccolo sont 5 femelles qui viennent presque tous les jours à la rencontre des hommes sur le rivage de Monkey Mia. Pourquoi elles ? Car seules leurs familles ont eu l’occasion d’être nourries par la main de l’homme, depuis 3 générations, et se transmettent le message. Elles ont plus particulièrement été choisies pour leur bonne capacité de survie. Nous pesons au gramme près le poisson (yellowtail pêché localement) qui leur sera donné, 500g par repas pour les 3 plus âgées et 300g pour les 2 plus jeunes. Avec 3 repas par jour au maximum, cela représente seulement 1/3 de leurs besoins quotidiens, ainsi elles chassent les 2/3 restants elles mêmes. Il est interdit de les nourrir en dehors de ce contexte afin qu’ils conservent leur instinct sauvage. Bien que les dauphins vont et viennent à leur guise près de la plage, les nourrissages ne se font qu’entre 7h30 et 12h et uniquement lorsque les dauphins se présentent, afin de ne pas les conditionner à des horaires fixes et les encourager à vivre leur vie, s’occuper de leurs petits et chasser ailleurs. Nous n’avons jamais vu tous les dauphins manger aux 3 éventuels nourrissages, elles ont vraiment l’air de venir par plaisir, certainement pour la facilité, la sécurité loin des prédateurs, et pour faire découvrir les hommes à leurs petits, mais elles savent très bien se débrouiller seules au large. Parfois, elles rejettent même le poisson, pourquoi manger du décongelé alors qu’il y en a des frais dans l’océan !

Volunteer with dolphins in Australia, the ultimate travel experience
Volontariat avec les dauphins de Monkey Mia, Western Australia
The A Team : Chloe, Lianne, Amy and us !
Monkey Mia, Shark Bay, Western Australia
Monkey Mia Dolphin Area
Quand les dauphins sont au large
Monkey Mia Dolphin Area
Quand les dauphins sont en vue

Lorsque les dauphins apparaissent dans la baie, les rangers avec qui nous collaborons les reconnaissent grâce à la forme et aux disparités de leur aileron dorsal et nous informent par radio de leur présence et comportements pendant que nous reportons toutes les infos sur un carnet. Attirés par la proximité des dauphins, les visiteurs commencent à se regrouper, les pieds dans l’eau, pendant que l’un des rangers débute un speech de 25 minutes pour présenter les lieux et les dauphins. Pendant ce temps, nous comptons le nombre de personnes sur la plage, le nombre de bateaux, nous relevons la marée, la température, la force du vent… Nous avons également le loisir d’écouter la présentation du ranger tout en observant les dauphins. Les bébés s’amusent à attraper les petits poissons qui sont à la surface, on appelle ça le «snacking». Parfois, certains dauphins s’alignent comme des sardines, ou plutôt comme des saucisses (snags en slang australien), c’est le «snagging» : ils sont en train de somnoler à la surface et ceux situés aux extrémités font le guet. Contrairement à l’homme, les dauphins doivent penser à respirer et par conséquent ils dorment toujours qu’à moitié… Une fois la présentation des rangers terminée, nous les rejoignons avec les seaux de poisson pendant que la foule est priée de sortir de l’eau. Cette agitation, c’est le signal pour les dauphins que le nourrissage va commencer ! Nous nous enfonçons dans l’eau transparente jusqu’aux genoux, sous la supervision des rangers et les yeux pétillants des touristes.

Snacking
Snacking
Snagging
Snagging
Nicky in Monkey Mia

Aujourd’hui, j’ai le seau de Nicky. Je l’aime bien cette grand-mère, elle vient ici depuis 35 ans avec son aileron abimé en forme de N qui a inspiré son nom. Je m’arrête à côté d’elle. Madame se dirige sagement près du seau qui effleure la surface et roule sur le côté, me montrant son ventre tacheté. Elle me regarde alors dans le fond des yeux avec ce fameux sourire qui colle à la peau des dauphins. Je suis ébahie, abasourdie, éblouie. On connecte, comme deux êtres qui se respectent mutuellement. Je n’avais pas réalisé à quel point cette créature, dotée d’autant d’intelligence, était si imposante et majestueuse.

C’est un moment unique qui ne dure que quelques secondes car il faut à présent choisir une personne dans le public pour donner le poisson. En plein week-end, il peut y avoir plus de 300 personnes impatientes d’effectuer la tâche, pas facile d’en sélectionner lorsqu’on a que 4 ou 5 poissons. Pour eux, tout comme pour nous, c’est un instant très émouvant et on aimerait tellement faire durer le plaisir. Combien de personnes réalisent ici leur rêve de voir un dauphin ? Je me souviendrais toujours de cette femme, rencontrée quelques heures plus tôt sur le camping, qui me remercia avec une gratitude sincère de l’avoir choisie pour s’approcher et donner le poisson. Son regard émerveillé de petite fille m’a tout simplement envahie d’un sentiment de bonheur.

Malgré la tentation de faire un câlin à ces fascinants cétacés, on ne touche qu’avec les yeux. Les rangers doivent bien insister pour que les petites mains ne tentent pas de caresser les dauphins. Cela pourrait les mettre en danger et nous mettre en danger, n’oublions pas qu’ils ont des belles rangées de dents et savent s’en servir. Mais le bonus en tant que volontaire c’est que les dauphins peuvent nous toucher si ils le veulent et ce n’est pas rare de sentir un petit coup de nageoire sur le mollet qui rappelle : «à quelle heure mon poisson ?». Lorsqu’il n’y a plus qu’un poisson dans le seau, nous levons la main en l’air et attendons que tous les autres volontaires fassent de même. Nous donnons le dernier poisson en même temps afin de ne pas créer de jalousie parmi les dauphins puis rinçons les seaux dans l’eau pour leur montrer que le repas est terminé. Cela n’aura pas duré plus de 5-10 minutes, nos amis repartent comme ils sont venus, libres. Et nous, on attend impatiemment leur retour ! En attendant qu’ils reviennent, on répond aux questions des visiteurs, se marre avec les rangers et participe à la préparation d’activités pour petits et grands. Quand l’horloge annonce midi, on range le tout et s’en va profiter de l’après midi pour explorer les autres merveilles de la région de Shark Bay ! A la nuit tombée, on retourne à la plage faire briller le plancton sous nos pieds, une expérience à ne pas rater :)

Sunset in Monkey Mia, Australia

Monkey Mia Dolphin Experience : une activité touristique respectueuse

On ne va pas se mentir, le Département de l’Environnement et de la Conservation du Western Australia a trouvé là sa poule aux œufs d’or. Des milliers de personnes se rendent à Monkey Mia chaque année. L’accès à la plage coûte aujourd’hui 10$ par personne par jour (gratuit pour les volontaires), ce qui permet de payer les rangers, entretenir le centre, nourrir les dauphins, financer la recherche… Sans cette prise en charge contrôlée, les dauphins seraient en grand danger car, oui, nourrir les animaux sauvages n’est jamais de bonne augure : plus ils s’habituent à l’homme, plus ils en dépendent et perdent leur instinct sauvage. Sans parler des idioties que certains sont capables de faire. Dans les années 60, lorsque les pêcheurs ont commencé à nourrir les dauphins à Monkey Mia, les gens n’hésitaient pas à leur donner des saucisses, à jeter leurs mégots dans leur évent ou encore faire chevaucher leurs enfants pour prendre des photos. Aujourd’hui, proposer aux visiteurs de pouvoir admirer de près ces créatures qui viennent de leur propre gré interagir avec les hommes lors d’un nourrissage modéré, c’est permettre à tous d’en apprendre plus sur le mode de vie des dauphins et nous sensibiliser à leur préservation sans les maltraiter ou les menacer. Ici, les dauphins sont libres et n’ont pas à faire de pirouettes pour gagner leur nourriture. Certes, l’interaction serait moins invasive si on allait les voir sauter dans les vagues depuis un bateau et plonger avec eux comme nous l’avons fait en Nouvelle Zélande à Bay of Islands !

Dolphin feeding in Western Australia

Pour postuler au volontariat, il suffit de contacter les rangers par téléphone ou par mail ici et d’être disponible entre 4 jours et 2 semaines. On parle de volontariat par déformation du terme anglais volunteering mais on devrait plutôt dire qu’il s’agit de bénévolat car cette expérience n’est pas rémunérée, ni totalement indemnisée. Il faut prendre en charge les frais de logement sur place (16$ en camping ou 30$ en backpacker avec 10 % de discount pour les bénévoles) ainsi que les repas (cuisine et restaurant à dispo au resort).
Aujourd’hui, je découvre en écrivant ces lignes que Nicky a disparu de la baie, en 2015, l’année de ses 40 ans, ce qui correspond à peu près à l’espérance de vie des dauphins ici… Puck, Shock, Surprise, Piccolo et leurs familles continuent de venir à Monkey Mia.

Dauphins près de la plage de Monkey Mia

Ce volontariat fût une aventure hors du commun. A la fin de chaque matinée, on se disait qu’on aimerait faire ce boulot toute notre vie. C’est définitivement depuis cette expérience, il y a 6 ans, que nos convictions sont nées, cette envie de voir de nos propres yeux la vie sauvage et de la préserver, d’avoir un impact moindre voire positif sur la nature, en harmonie avec l’homme. A la suite de réelles participations à des programmes de conservation à l’étranger, allier nos compétences professionnelles pour apporter une voix à ceux qui n’en ont pas est devenu un objectif primordial dans notre vie. L’un des plus gros projets dans lequel nous nous sommes investis est la production du court métrage I am Morgan ~ Stolen Freedom, qui illustre le monde vu par les yeux d’une orque capturée.

Travel and sail in Shark Bay, Western Australia

Shark Bay, un écosystème unique au monde

Malgré la présence des dauphins dans les eaux peu profondes de cet univers grandiose, on se doute qu’il n’y a pas qu’eux qui vivent dans un coin nommé Shark Bay ! Il y a bien évidemment des requins, mais aussi des tortues marines et des raies… On peut en observer nager en contrebas depuis le superbe point de vue d’Eagle Bluff. Il est possible de camper près d’ici, sous réserve de prévenir le Visitor Center de Denham et d’avoir de l’anti-moustique !

Eagle Bluff, Shark Bay, Western Australia
Eagle Bluff
Little Lagoon, Shark Bay, Western Australia
Little Lagoon

Un jour, en se présentant sur la jetée de Monkey Mia avec notre plus beau sourire et nos jolis polos de volontaires, nous avons eu le privilège de rejoindre l’équipe du catamaran Shotover pour quelques heures en mer. Une petite croisière dans la baie c’est l’occasion rêvée de voir des dugongs : des mammifères marins végétariens, surnommés vaches de mer. Ça tombe bien, Shark Bay est tapissée d’une des plus larges prairies d’algues au monde ! Mais bon, vus du bateau, les dugongs ressemblent juste à des gros troncs qui flottent (je vous épargne une autre comparaison bien plus répugnante qui leur est faite…), nous restons sur notre faim en se disant que ça vaudrait le coup de les observer sous l’eau… On se console avec les dauphins qui viennent faire des cabrioles à l’avant du cata et les grosses tortues qui sortent leur tête de l’eau.

Shotover Cruise, Shark Bay, Western Australia
Shotover
Croisère à Monkey Mia, Shark Bay, Western Australia

Avant de quitter Shark Bay et reprendre notre road trip autour de l’Australie, nous ne manquons pas Hamelin Pool où se trouvent les stromatolites, des fossiles vivants, les plus vieilles formes de vie sur Terre, rien que ça ! Ces structures rocheuses créées par un grouillement d’algues qui produisent de l’oxygène renferment, pour les scientifiques, les secrets de l’histoire de la vie sur notre planète. Les seuls endroits au monde où observer des stromatolites sont à Shark Bay et aux Bahamas ! Une autre curiosité de la région, c’est Shell Beach qui comme sont nom l’indique est une plage de coquillages. Il y en a des milliards sur des kilomètres. Si bien qu’ils étaient utilisés pour construire des habitations à une époque.

Road trip in Shark Bay, Western Australia
Stromatolites, Shark Bay, Western Australia
Stromatolites à Hamelin Pool
Sunset in Shark Bay, Western Australia

Nous avons fondu sous le charme de Shark Bay et Monkey Mia. Le contraste entre la poussière rouge, les plages de sable blanc et l’océan azur nous fait toujours autant rêver. La proximité avec la faune est une chance inouïe. L’expérience peut être surfaite si on ne vient que pour une journée, mais l’opportunité du volontariat permet de goûter en profondeur à la vraie nature des lieux. Prochaine escale encore plus chère à nos yeux : la Ningaloo Reef !

Et toi, ils sont où tes rêves ?

Partage cette wave
avec le monde entier !

ça nous fait chaud au cœur :)

Ne manque plus rien, abonne toi à notre newsletter !

Blog de voyage nature photo son vidéo
Cet article comporte 15 commentaires
  1. Quelle expérience magique ça doit être. On se réjouit de repartir à Hawaii en octobre pour voir des dauphins. Ces créatures sont tout simplement magnifique et dégage tellement que c’est presque impossible de ne pas être émue. Je n’ai pas eu la chance d’interagir comme vous l’avez fait avec eux la dernière fois (on était en kayak et ils nageaient autour de nous) mais j’ai les frissons de repenser à cette aventure magique.

  2. C’est vraiment un super article. On a eu la chance d’être selectionné l’année dernière. Et une gentille dame du public s’est proposé de nous filmer. C’etait le paradis.

    Je suis curieux, ça signifie quoi faire briller le plancton sous vos pieds ? Il y a l’effet de bioluminescence bleue la bas ?

    1. Merci Adrien ! C’est clair que c’est une expérience magique !
      Oui c’est bien ça, il y a du plancton bioluminescent ! Il ne brille que lorsqu’il est agité, c’est trop joli mais très bref, j’imagine qu’il n’y en a pas assez pour que la lumière perdure. Une ranger nous a raconté que parfois les dauphins viennent le soir dans la baie et on peut les suivre des yeux grâce au plancton qui s’illumine !

      1. Mais c’est extra ca ! Ca doit etre juste magnifique le contact des dauphins et du plancton.
        C’est possible tous les soirs de faire briller le plancton ? :)
        Je connaissais le phenomene dans d’autres pays et grace a vous je decouvre que c’est aussi un phenomene visible sur certaines plage comme Jervis Bay, ca vaut le coup d’en savoir plus :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *